L’analyse de l’eau

Les analyses de l’eau effectuées par les laboratoires spécialisés portent sur l’identification :

  • de la potabilité
  • des paramètres physico-chimiques
  • des paramètres organoleptiques
  • des bactéries
  • des légionelles

Elles sont faites sur les eaux de rejet (DCO, DBO5, COT, et métaux), les dépôts ainsi que les réseaux glycolés.

Les analyses physico-chimiques de l’eau permettent de relever différents paramètres tels que :drop-of-water-1302535_960_720

  • le pH (indiquant le caractère acide ou basique)
  • la conductivité
  • la dureté totale
  • le calcium
  • le magnésium
  • le titre alcalimétrique complet
  • les métaux (fer, cuivre, aluminium, zinc, plomb)
  • les éléments cationiques (potassium, sodium)
  • les éléments anioniques (silice, chlorure, phosphates, nitrites, nitrates, sulfites)
  • la turbidité
  • les matières en suspension
  • les indices de biodégradabilité
  • la pollution organique
  • la pollution inorganique
  • la pollution toxique.

Ces données sont comparées aux normes européennes de rejets en vigueur à savoir des limites maximales de :

  • 35 mg/l pour les matières en suspension
  • 125 mg d’oxygène dissous pour la demande chimique en oxygène
  • 25 mg d’oxygène dissous au bout de 5 jours pour la demande biologique en oxygène
  • 20 mg/l pour l’azote total

Les analyses bactériologiques portent essentiellement sur la recherche :

  • de la Legionella spp et Legionella pneumophila, et le dénombrement. La Legionella est une bactérie pouvant provoquer par inhalation des infections, dont l’espèce pneumophila considérée comme une des plus virulentes. La Legionella étant présente à l’état naturel dans l’eau, la règlementation impose un contrôle périodique des réseaux d’eau chaude sanitaire dans l’ensemble des établissements recevant du public et établissements de santé.
  • des spores de bactéries anaérobies sulfito-réductrices et des pseudomonas aeruginosa
  • des bactéries de la corrosion : bactéries ferrugineuses et sulfato-réductrices
  • des coliformes et Escherichia coli
  • des entérocoques
  • des bactéries aérobies revivifiables à 22°C et 36°C. Il s’agit de bactéries telles que des moisissures ou levures qui ont besoin d’oxygène pour se développer, former des colonies, et polluer les réseaux. Si ces bactéries indiquent la présence possible d’une contamination bactériologique, elles sont sans effet sur la santé. En conséquence, tout en effectuant des investigations plus poussées, rien n’empêche de se rendre sur http://www.roulette4fun.com/fr et de prendre quelques minutes pour se détendre.